En petite foulée

24 juin 2017

Par "H" : Et Dieu...créa la femme

Et dieu …créa la femme et le regretta très rapidement lorsqu’elle se mit à bousculer tous ses plans. 

Posté par premarathon à 14:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Par "H" : En effeuillant la marguerite

En effeuillant la marguerite, il avait l’esprit totalement ailleurs : «  Je t’aime, un peu, beaucoup … » Ses doigts  arrachaient avec régularité tout ce qui entourait le cœur.
Puis il revint brusquement à la réalité lorsqu’il reçut une gifle bien sentie. Bonnet, corset, pantalons et jupons avaient atterri à travers champs.
Marguerite totalement nue se tenait devant lui,  protégeant d’une seule main, dans un dernier geste de pudeur, sa nudité dévoilée.

Posté par premarathon à 03:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 juin 2017

Par "H" : Obsession

Définition:  L'obsession se réfère à une idée ou une préoccupation de tous les instants qu'un individu ne parvient pas à chasser de son esprit, même s'il est conscient de l'absurdité de ce qu'il ressent…

Ah bon ?
 En ce qui me concerne j’ai une obsession qui m’accompagne.
Je ne vous la confierai pas.  Inutile d’insister.
En effet c’est une préoccupation de tous les instants.
En effet je ne peux pas la chasser de mon esprit.
Mais d’un autre côté je n’ai nulle envie de la chasser.
J’aurais plutôt tendance à l’entretenir.
Je suis tout à fait consciente,  mais certainement  pas de l’absurdité de mon obsession.

Alors messieurs les psychologues, psychiatres et faiseurs de langue française ?

Comment pourriez-vous définir une idée qui s’impose qu’on ne peut pas et qu’on ne  veut pas chasser, qu’on dorlote et qu’on entretient, qu’on ne trouve absolument pas absurde, ni démoniaque et qui en plus fait du bien ? :)

Obsession de Jean Delannoy 1954

Posté par premarathon à 17:20 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Par "H" : Destinées. (15 juin) Le mouton à cinq pattes (16 juin)

Ah  les Destinées avec un grand D !
Aussi nombreuses que variées en qualité.
Et pourtant, « mouton à cinq pattes » ou mouton de panurge, vilain petit canard ou chaud lapin, ours mal léché ou loup blanc,  fine mouche ou poule mouillée, qu’importe ?
Au final, nous  serons tous un peu les dindons de la farce.

 

Destinées de Jean Delannoy 1954

Le Mouton à cinq pattes de Henri Verneuil 1954

Posté par premarathon à 16:40 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Par "H" : Quand tu liras cette lettre.(13 juin) Le salaire de la peur(14 juin)

«  Quand tu liras cette lettre » … introduction peut optimiste, qui ne présage rien de bon. Sûrement pas une suite comme,  «  je serai en train de bronzer  au bord  de la mer de Marmara en attendant que tu me rejoignes »,  ou encore,  « je serai dans le train qui me ramènera vers toi » ou mieux encore,  «  je m’apprêterai à enfiler le petit coton blanc que tu préfères,  pour fêter ton retour».

Ces suites envisagées relèvent  du domaine du rêve; car généralement quand on reçoit une lettre qui commence  par « quand tu liras cette lettre »  il vaut mieux se préparer au pire. Comme je suis d’humeur plutôt joyeuse aujourd’hui,  j’ai décidé de ne pas disserter sur   « le salaire de la peur » qu’engendrerait la lecture d’une lettre commençant ainsi.

Quand tu liras cette lettre de Jean-Pierre Melville 1953

Le Salaire de la peur de Henri-Georges Clouzot 1953

Posté par premarathon à 16:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]


12 juin 2017

Par "H" : Une enfant dans la tourmente

Pas d’association de ces deux termes "enfant et tourmente".  Jamais pour moi,  ça m’est insupportable.
Le mot enfant devrait toujours être suivi ou précédé du mot soleil, joie, bonheur, sourire, bien-être, jeu, nature, papillon, fleurs, rires …
Donc pas de tourmente quelle qu’elle soit.

Résultat de recherche d'images pour "enfants qui jouent"

Posté par premarathon à 12:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 juin 2017

Par "H" : Le trou normand

On devrait adopter cette tradition pendant le mois de ramadan. Les curés barbus pourraient la bénir et la rendre licite, pour permettre au jeûneur d’attaquer avec courage et sécurité tous les mets qui lui sont proposés à l’heure de la rupture du jeûne.
Mois de la tempérance, de la mesure, de la modération, du partage et de la maitrise des sens ...

Tables familiales très ordinaires :

 

Résultat de recherche d'images pour "table de ftour ramadan"   Résultat de recherche d'images pour "table de ftour ramadan"   Image associée   Résultat de recherche d'images pour "table ftour ramadan maroc"

 

Posté par premarathon à 04:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 juin 2017

Par "H" : Le plaisir

Hier j’ai été peu inspirée par la minute de vérité alors que je savais qu’au bout il y avait le plaisir.
J’ai donc fait semblant de ne rien comprendre pendant  que le plaisir arrivait.
Maintenant qu’il est là j’aimerais continuer encore, mais il est tard et je dois fermer un peu les yeux …

La Minute de vérité de Jean Delannoy 1952   zappée délibérément le 9 pour arriver plus vite au plaisir.

Le Plaisir de Max Ophüls 1952

Posté par premarathon à 05:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 juin 2017

Par "H" : Jeux interdits

Petite fille mon jeu interdit préféré était de « jouer à la bagarre » avec les garçons. Je dis bien jouer, car c’était les moments où on faisait semblant. Parce qu’il y avait les autres bagarres beaucoup plus vraies et pas du tout érotiques, durant lesquelles on s’envoyait  coups de poings et coups de pieds et quelques méchantes morsures quand l’autre avait le dessus.
Le jeu de" la bagarre" c’était autre chose …un genre de judo très soft, un jeu  très corps à corps, avec beaucoup de prises au sol, les plus agréables. Lorsque le vainqueur plaquait le vaincu de tout son corps et s’attardait un peu pour lui montrer …qu’il était le plus fort.

 

Posté par premarathon à 20:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]

07 juin 2017

Par "H" : Tapage nocturne

Sur ma page nocturne j’inscris plein de choses comme vole un oiseau de nuit. J’avoue l’inavouable, je décris l‘indescriptible, je dessine l’interdit et peins le censurable.
Et toi , sur ta page nocturne tu fais quoi ?

 

Posté par premarathon à 21:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]