En petite foulée

06 juillet 2018

Migration

Pour ceux et celles qui me chercheraient ( je sais qu'il n'y a pas foule) je suis là désormais : http://aponivi.canalblog.com

Si vous voulez qu'on se retrouve entrez sans frapper  pour me donner  de vos nouvelles.

Bien que le vent souffle fort à cet endroit, il n'y a rien à craindre. C'est un vent bénéfique.

Quand aux traces de pas sur le sable, vous me connaissez. J'avance j'avance sans savoir où je vais. Je ne suis pas comme le petit poucet et ne veux surtout pas retourner à mon point de départ. Vous m'accompagnez ?

Posté par premarathon à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 mars 2018

Du 17 au 19 mars par H

17 Mon béguin Hans Behrendt en 1929.

18 Les Nouveaux Messieurs Jacques Feyder en 1928

19 Le Requin film des années 20

« Les nouveaux messieurs  sont  plutôt  couards en comparaison avec leurs ainés des générations ou carrément des siècles passés. Ils manquent de muscles, s’épilent le corps parfois et craignent d’affronter  le danger. 

 Le seul requin actuellement qui les terrorise et qu’ils rêvent  de dépecer et découper en rondelles est leur banquier… quand ils en ont un.

Après cette profonde réflexion, elle  ajusta les cordons de son béguin, redressa les épaules et continua son chemin en  soupirant, concaincue que très certainement elle mourra vierge.

 

 

Posté par premarathon à 12:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 mars 2018

Consignes du 10 au 16 mars par H

-10 La route est belle  Robert Florey 1930
-
11 L'Hirondelle et la Mésange.   André Antoine 1920
 -
12 L'Atlantide. Georg Wilhelm Pabst 1932
  -
13 Paris qui dort.  René Clair 1924
-
14 L'Équipage.  Anatole Litvak 1935
-
15 Ces dames aux chapeaux verts -Fernand Rivers 1949
-16 Marche nuptiale Mario Bonnard 1934

 

Six consignes en retard, oui je sais. Non, je n'ai pas fait de promesse de Gascon à nouveau. Je rattrappe mon retard et le rattraperai encore si celà se reproduisait,   bien que je sache que vous vous en fichez comme de votre première chemise.

 

Ces dames aux chapeaux verts décorés de plumes d'hirondelles et de mésanges, dans un bel équipage, quittent ce matin  très tôt Paris qui dort encore.
La route est belle mais elle sera longue.
La nuit dernière,  leurs nouveaux amoureux,  des soldats du Roi, après une soirée bien arrosée, leur avaient donné  rendez-vous à l'Atlantide dans huit jours, à l'occasion  d'une nouvelle permission.
Ces dames, férues de littérature romantique, se dirigeaient donc ce matin là, vers le détroit de Gibraltar,  le coeur plein d'espoir et de rêves  de marche nuptiale.
Un très court instant,  une question leur effleura l'esprit, " comment rejoindre l'île engloutie" mais elles la chassèrent très vite, en se disant qu'elles y réfléchiraient une fois arrivées à bon port.
 Elles n'avaient pas compris  que leurs amoureux les attendraient tout simplement à L'Atlantide dans le 5ème, rue du Pot de Fer, sans alliances, sans scaphandres ni bouteilles d'oxygène, pour passer une bonne soirée.

Posté par premarathon à 19:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 mars 2018

La nuit est à nous par H

La nuit est à nous se disent les amants...                           Mais que penses-tu de l’après-midi, du soir ou même de la matinée ? Que penses-tu du petit jour entre chien et loup ou  après le crépuscule  lorsque pointe l’heure bleue ?           Que penses-tu de midi lorsque le soleil est au zénith ?

 

La nuit est à nous est un film français réalisé, en deux versions en 1929, par Roger Lion pour la version française, 

Carl Froelich et Henry Roussell pour la version allemande, sorti en 1930

 

 

Posté par premarathon à 22:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 mars 2018

Le mystère de la villa rose par H

Dans une villa rose sise à l'écart du village et à l'orée d'un bois, vivait une famille nombreuse dont on ne savait pas grand chose.

Alertés par un  promeneur,  qui en passant non loin du lieu  entendit des cris, les gendarmes découvrirent des corps sans vie  à l'intérieur de la villa.

Coups de fusil, coups de couteaux, coups de marteaux, gorges tranchées, les neuf  membres de la même famille  baignaient dans leur sang.

Dans ce village un peu reculé, lorsque les gendarmes avaient du mal à  résoudre  une  enquête, le maire  avait pour habitude de faire appel à  un médium particulièrement doué.

Ce dernier, très vite découvrit le mystère du massacre  en série de la villa rose,  après être entré en contatc avec  les esprits des malheureux défunts.

Il expliqua ainsi, ce qu'il vit et sentit :

"Ces personnes  vivaient en assez bons termes, jusqu' au jour où il fut question de repeindre la villa  rose Nude Illusion,  qui commençait à perdre de son éclat.

Le père la voulait rose Chair.
Le grand père refusa et proposa rose Cuisse de Nymphe.
La grand mère agacée par ces choix peu catholiques insista pour repeindre la villa en rose Balais ou Pelure d'Oignon.
La mère ne voulant pas être  en reste, avança l'idée qu'un petit rose Thé ou Saumon serait le meilleur choix.
Le fils ainé,  en colère contre ces choix de vieux,  frappa du poing sur la table en criant qu'un rose Vif serait  l'unique couleur qui conviendrait.
La fille ainée qui attendait avec impatience un  fiancé qui ne venait pas,  murmura qu'un rose Dragée donnerait du chic et de la classe à leur habitation.
Sa  soeur cadette,  qui  passait son temps à se farder et à prendre des poses,  lança en battant des cils et en  faisant un duck face, qu'un rose Hollywood ou un rose Framboise seraient du meilleur  effet dans ce lieu  sinistre.
La plus jeune  des filles, obèse à force de se goinfrer assise devant l'écran, bafouilla la bouche pleine, sans quitter la télé des yeux : "rose bonbon, rose bonbon".
 Les choses s'envenimèrent lorsque le plus jeune  des garçons, un geek  dont le derrière faisait un avec le tabouret devant l' ordinateur,  depuis pratiquement sa naissance, les regarda tous avec mépris, et leur dit en ricanant, que la seule couleur valable pour cette villa de demeurés, de ringards et de dinosaures ne sauraient être que le Pantone 210.
Le ton monta, les cris aussi,  les coups se déchainèrent et les gifles tombèrent, la tension culmina et les mains s'armèrent de  tout ce qu'elles trouvèrent à proximité..."

Désolée pour ce scénario macabre, mais franchement a-t-on idée aussi ! Une villa rose ... on assassinerait pour moins que ça !

 

Le mystère de la villa RoseLouis MercantonRené Hervil 1930

 

Posté par premarathon à 16:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]


06 mars 2018

L' Horloge par H

"Souviens-toi que le Temps est un joueur avide

Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi."

Et bien acceptons et plions-nous à cette loi.  Avons-nous d'ailleurs un autre choix?

Il est plus agréable de voir l'horloge comme une compagne lucide, scandant nos gestes et nos pas,  plutôt  que comme un dieu siniste et menaçant.

Mais il est vrai que parfois son rythme est plutôt étourdissant.

Qu'est-ce qui nous prouve d'ailleurs que le temps, ce joueur avide ne triche  pas ?

L'Horloge Vicente Minelli 1945

 

Posté par premarathon à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2018

ENTRACTE par H

Qu'est-ce qu'un entracte,  sinon un moment souhaité le plus souvent pour respirer, boire un café ou faire pipi. C'est  aussi un moment indispensable  appelé "pause" que l'on devrait faire  à différents instants de la vie, pour prendre  du recul  afin de  s'assurer que  la direction prise est bien la bonne,  ou du moins qu' elle correspond à ce que l'on désirait au moment du départ ou en cours de route.

Pour moi  l'entracte aura toujours un goût d'Esquimau vanille/chocolat, l'odeur du cuir des fauteuils de cinéma  et en bruit de fond,  le son  rapide et glissant des talons plats des ouvreuses, qui avaient autant de pouvoir qu'un agent des forces de l'ordre quand il s'agissait de calmer les bavards,  durant la projection, avec leur petite lampe  torche, à la forte lumière menaçante.

L'entracte était aussi  le moment durant lequel les amoureux remettaient promptement  de l'ordre dans leur tenue au sens propre comme au  figuré. Car les lumières,  certes tamisées,  mais lumières quand même,  venaient,  pendant de longues minutes,  interrompre les rêves les plus doux, les rêves les plus fous ...

Posté par premarathon à 16:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 mars 2018

Au travail par "H"

Comme c'est amusant ! La consigne du jour ne pouvait être plus à propos. Je ne sais pas pour vous  les filles, mais pour ma part j'ai très envie de m'y remettre à fond.  J'ai déjà perdu beaucoup de temps.

J'ai enfin trouvé un havre de paix où je vais pouvoir me retirer pour lire, dessiner, peindre et écrire. Un atelier rien que pour moi. Je ne le partagerai cette fois avec personne. Je ne pourrai plus justifier mes absences, mon manque d'inspiration ou  l'excès de sollicitations de la part de mon entourage.
Mon atelier est joli, spacieux et clair. La vue est imprenable ,surplombant le détroit entre les deux caps, autorisant ainsi les rêves les plus fous.
Si vous êtes sages je posterai une photo ou même plusieurs avec le temps ...

Donc au travail, en espérant que mes partenaires me rejoindront très vite.

Posté par premarathon à 00:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Je vous aime par "H"

Voilà presque huit mois que j'ai quitté la piste, abandonnant la pauvre "C" seule alors que juste le mois d'avant "A" venait de nous lâcher ...
Bref courir de la sorte ce n'est pas très professionnel mais je suis sûre que chacune d'entre nous a ses raisons.
Ces raisons qui font qu'un matin sans crier gare, sans prévenir les amis, on s'en va.
Pour ma part, me voilà de retour.
Ces longs mois passés sans vous mes coéquipières, sans vous mes commentateurs, ont été longs.
Je vous serre contre mon coeur et vous aime.

Posté par premarathon à 00:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 août 2017

Une belle fille comme moi - par C

Le miroir, le panneau dans lequel ne pas tomber quand on a passé la nuit à pleurer.

Posté par premarathon à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]